Pourquoi les festivals agricoles et culturels ont-ils été célébrés séparément depuis l'indépendance ? N'est-il pas encore apparu que ces éléments font partie de la même histoire ancestrale qui marque notre identité commune en tant que peuple ?

La CULTURE est notre identité.

Il délimite, définit et décrit qui nous sommes et pourquoi nous sommes appelés « Ni-Vanuatu ». L'AGRICULTURE reflète notre mode de vie — passé, présent et futur.

Ces sentiments ont fortement résonné au sommet de la montagne de notre leadership national lors de la 4e NAF qui s'est achevée vendredi dernier lorsque le « bâton faea » a été remis à la province de Tafea — le prochain hôte.

Le prochain festival national des arts aura lieu dans 3-5 ans.

Mais je ne l'ai pas appelé la 5e NAF à cause d'une discussion intéressante qui est déjà en train de cuisiner en arrière-plan.

A l'occasion de la visite du Premier ministre Charlot Salwai avec nous à la 4ème NAF la semaine dernière à Lakatoro, mon assistant et moi avons eu l'occasion en or de discuter avec lui de « Culture et Agriculture » dans une atmosphère très détendue après un délicieux déjeuner de plats locaux frais.

Les pensées et les points de vue exprimés au cours de la discussion sont repris dans l'article d'aujourd'hui.

Permettez-moi de commencer par un bref aperçu du mot « agriculture ». L'agriculture est indissociable de la culture d'un pays.

L'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) reconnaît pleinement ce lien vital (voir l'article intitulé « Accent la « culture » dans l'agriculture » sur le site Web de la FAO à l'adresse suivante : http://www.fao.org/inaction/ accenting-the-culturein- agriculture/fr/).

Techniquement, l'agriculture est « la science et l'art de cultiver les plantes et le bétail ». Bien avant qu'elle n'ait quelque chose à voir avec la génération de revenus, l'agriculture était un « mode de vie » associé à différentes cultures du monde entier. La FAO les définit comme étant des systèmes du patrimoine agricole d'importance mondiale (SIPAM) issus de différentes cultures indigènes, transmis par différentes générations et « contribuent à la sécurité locale des terres, à la gestion des ressources naturelles et à la conservation de la diversité génétique ».

Mais la FAO met en garde : « malheureusement, leur survie est menacée par la modernisation ». Nous devons accroître la visibilité de ces systèmes alimentaires qui ont soutenu nos cultures dans le passé et préserver les modes de vie qui ont gardé nos ancêtres tout au long de l'histoire, assurant ainsi leur résilience et leur solidité face aux différents changements climatiques et défis. la 4e NAF a organisé les célébrations d'une semaine la semaine dernière.

Les festivals sont un excellent moyen de célébrer et de promouvoir des valeurs qui s'érodent et disparaissent rapidement du fait de la modernisation et de l'urbanisation.

Depuis l'indépendance, Vanuatu a célébré de nombreux festivals, foires agricoles et commerciales et foires.

Fin 2016, cet auteur a introduit une autre version à la liste, le premier festival « agrotourisme » combinant agriculture et tourisme.

Un ami très proche qui a suivi la 4e NAF a envoyé un courriel le week-end dernier pour dire qu'il « aimait » énormément » cela dans le confort de sa maison, et a conclu qu'il avait un verre de vin pour célébrer ce qu'il estimait être un événement fantastique.

Mais je pense que le meilleur reste à venir - lorsque Vanuatu apprend à célébrer son caractère unique grâce à un événement combiné reconnaissant le lien inséparable entre la culture et l'agriculture avec leurs homologues modernes - l'industrie, le commerce et le tourisme.

Ce jour arrive.

À la suite de la discussion avec le Premier ministre, j'ai appelé de côté deux directeurs principaux de MALFFB qui étaient à la 4e NAF et ont partagé cette « vision » avec eux.

Puis, à la fin des festivités d'une semaine, le directeur de VKS a été emmené dans ce voyage de pensée. Ils ont tous exprimé leur vif intérêt à envisager cette approche.

Il s'agit d'une approche un peu « inhabituelle », mais semble être le meilleur moyen d'offrir une perspective équilibrée et équilibrée sur nos efforts de développement.

Analysé sous tous les angles (coût, temps de participation, partage des ressources et connectivité de la chaîne de valeur), un festival combiné de nos cultures, de l'agriculture et de tout cela a beaucoup de sens.

Par exemple, beaucoup de personnes « kastom » qui ont assisté à la 4e NAF sont des agriculteurs eux-mêmes, comme je l'ai dit un autre haut fonctionnaire du gouvernement du Changement climatique qui avait rencontré séparément les deux mêmes directeurs de MALFFB au cours de la 4e semaine NAF.

Cela pose donc la question suivante : pourquoi faire double emploi avec les efforts et les coûts alors que nous pouvons célébrer ensemble et de manière beaucoup plus globale toutes ces importantes initiatives de développement ?

Sur le plan du tourisme, après 39 ans d'efforts pour s'engager dans des pratiques touristiques modernes non durables, nous avons retrouvé notre sens et introduit une nouvelle « Politique du tourisme durable » (2018-2030) lancée par le gouvernement en février 2019.

Félicitations à notre leadership touristique.

Parmi les « valeurs partagées » du document, la culture est bien en évidence et les mots « culture », « kastom » et « traditionnel » apparaissent 36 fois dans l'ensemble du document. Nous réfléchissons et planifions dans la bonne direction.

Du point de vue de la santé, les salons et les foires agricoles sont bien en soi, mais ceux-ci ne permettent pas de relier les gens à des styles traditionnellement sains de préparations alimentaires qui ont été magnifiquement présentés à la 4e NAF.

L'agriculture moderne ne peut prétendre être indépendante de nos modes de cuisine culturels.

En revanche, le tourisme alimentaire s'adresse au marché des visiteurs, mais les méthodes culturelles de préparation alimentaire s'adressent à la population massive de nos habitants qui risquent d'attirer des MNT. Il y a tellement à apprendre.

Une solide semaine de célébrations combinant culture, agriculture, tourisme, industrie et commerce ne sera pas difficile à organiser.

En fait, il y aura plus qu'assez de contenu pour en faire un événement promotionnel fantastique pour faire progresser les efforts de développement culturel et économique du Vanuatu.

Le chef du gouvernement a fait part de sa vision et de ses préférences. Je crois que d'autres dirigeants nationaux vont y souscrire. Le bon sens nous dit que c'est la meilleure façon de procéder. Alors faisons en sorte que ça se produise. J'ai hâte d'attendre ce jour-là.

(0) comments

Welcome to the discussion.

Keep it Clean. Please avoid obscene, vulgar, lewd, racist or sexually-oriented language.
PLEASE TURN OFF YOUR CAPS LOCK.
Don't Threaten. Threats of harming another person will not be tolerated.
Be Truthful. Don't knowingly lie about anyone or anything.
Be Nice. No racism, sexism or any sort of -ism that is degrading to another person.
Be Proactive. Use the 'Report' link on each comment to let us know of abusive posts.
Share with Us. We'd love to hear eyewitness accounts, the history behind an article.