Alors qu'il y a tant de choses autour de nous en ce moment — les bons, les mauvais et ceux qui menacent notre sécurité, notre confort et ceux qui nous laissent dans la peur, quelque chose d'autre marche

silencieusement mais sûrement sur son chemin vers l'avenir.

C'est le tueur appelé le « mode de vie malsain ». Cela nous affecte tous, pas occasionnellement comme les mauvais incidents sociaux que nous avons suivis dans les médias cette semaine, mais tous les jours.

Pourtant, aucun soldat en uniforme bleu ou vert armé d'armes pour s'assurer qu'il est tenu à distance, et encore moins le combattre. En fait, aucune sécurité externe ne peut

imposer quoi que ce soit contre le tueur autodestructeur, sauf vous — le seul décideur, le consommateur.

Tant de fois, nous blâmons la cause aux autres. Nous avons recours à toutes sortes de boucs émissaires, le plus populaire étant la magie noire, ou ce qui est populairement

connu au Vanuatu sous le nom de « nakaimas ». Bien que parfois cela puisse être vrai, la plupart du temps nous creusons nos propres tombes avec nos dents, et nous blâmons les autres pour nos malheurs et nous sautons dans la fosse que nous avons nous-mêmes creusée sur beaucoup de

années de modes de vie très irresponsables. Beaucoup d'entre nous n'ont jamais appris, et pourtant personne ne s'en aperçue ou en fait une grosse affaire. Pas de patrouilles de l'armée, pas de contrôles de sécurité, pas de couvre-feu. Pourquoi ? Parce que le tueur est totalement sécurisé

à l'intérieur de chacun d'entre nous en tant qu'individus et gardés par un soldat appelé « choix ».

Ainsi, le pouvoir de choix. Personne d'autre n'est responsable. Je suis responsable moi-même. Soit je suis la solution, soit je suis le coupable. C'est tout à propos de

nous et nos choix. Aucune armée, soldat, gouvernement, chef de la coutume, ou personne ne peut protester contre vous parce que vous êtes le patron. Nous devons regarder longuement dans le miroir de la réalité et nous poser quelques questions honnêtes sur la façon dont chacun de nous vit dans le contexte de la santé.

Quand le coordinateur du bureau terrestre de VKS, M. Aminion David a parlé avec tant de passion

et avec tant d'autorité au 4ème Festival National des Arts il y a deux semaines sur le thème de « SLOW FOOD », il a reconfirmé le fait que nous

ont encore un très gros problème de santé à régler. Il y a quelques années, Vanuatu a été déclaré à deux reprises « Lieu le plus heureux de la planète ». Nous (en particulier

nos gens du tourisme) ont fait le tour du monde en prêchant ce statut honoré. Malheureusement, nous avons perdu ce statut depuis.

Bien que les gens de l'industrie du tourisme tentent toujours de promouvoir Vanuatu de cette façon, nous devons cesser de vivre dans le passé et faire face à la musique de la réalité et ne pas prétendre être toujours le numéro 1 mondial de l' « Happy Planet Index ».

Dans son discours, M. David a révélé qu'environ 5 jambes sont amputées tous les jours à l'hôpital central de Vila.

Si cela est vrai, en moyenne, cela représente 25 jambes par semaine, 100 par mois et 1 200 par année. Où va ce pays ? Aucune foule en colère ne se réunit pour combattre les autres à ce sujet, encore une fois pas de personnel militaire ou de police

les patrouilles ont tout pouvoir sur elle, et pourtant la NCD est un tueur sûr. Le diable nous a tellement aveuglés à nos propres modes de vie autodestructeurs, trompe

nous à blâmer les autres sauf nous-mêmes, et tant d'entre nous semblent totalement incapables et impuissants.

Un message très important que la 4e NAF a envoyé pendant le programme d'une semaine était l'importance de la santé, juste au cas où certains pourraient se demander pourquoi j'ai fini par coordonner cet événement pour commencer. C'est pour ça.

C'est pourquoi j'ai postulé et je suis devenu DG de la Santé lorsque je suis revenu de l'école supérieure à la mi-2012, au moins pour essayer d'influencer une certaine réflexion politique parmi les travailleurs de la santé et les praticiens de l'importance de ce sujet, non seulement en tant que profession, mais plus comme mode de vie. Comme l'a dit un jour un écrivain préféré, « la santé est un trésor. De toutes les possessions temporelles, c'est la plus précieuse. La richesse, l'apprentissage et l'honneur sont chèrement

acheté à la perte de la vigueur de la santé'. C'est très vrai, et d'une certaine manière « C'est qui nous sommes », comme Dan McGarry l'a bien décrit dans un article très intéressant lundi de cette semaine.

Les questions de santé doivent être abordées sous tous les angles de la vie — le gouvernement, l'église, ainsi que par notre culture et la façon dont nos vieux vivaient la santé, bien que la grande majorité d'entre eux n'aient jamais été à l'école comme des milliers d'entre nous aujourd'hui. Pourtant, c'est nous — les soi-disant « éduqués » — qui

semblent plus malades que nos vieux. Même ceux d'entre nous qui ont eu le privilège d'étudier la médecine sont malades de maladies du mode de vie. Comment

est-ce absurde ?

Dans son discours, Aminion David a parlé de « Slow Food » comme un nouveau mot pour beaucoup d'entre nous. Je pense qu'il était diplomatique là-bas. Franchement parlant, le slow food est une source d'inconfort pour beaucoup parce qu'il défend des valeurs et des principes qui s'opposent totalement aux mauvaises habitudes de santé pratiquées par la grande majorité d'entre nous. Nous devons saluer le travail accompli par des fonctionnaires comme Aminion et son équipe du Land Desk pour leur position ferme sur le thème même du « slow food » que le VKS, les Ministères de l'Agriculture et de la Santé et certaines de nos Églises doivent continuer à prêcher de plus en plus partout au pays à l'avenir.

Vanuatu doit atteindre un niveau de conscience sanitaire qu'il n'a jamais connu auparavant. Alors et seulement alors nous pouvons vraiment être l'endroit le plus heureux sur

le visage de la planète. Et nous devons le faire non pas pour le prix du tourisme, mais parce que c'est la bonne chose à faire, pour le bien de nos enfants et pour nous-mêmes.

(0) comments

Welcome to the discussion.

Keep it Clean. Please avoid obscene, vulgar, lewd, racist or sexually-oriented language.
PLEASE TURN OFF YOUR CAPS LOCK.
Don't Threaten. Threats of harming another person will not be tolerated.
Be Truthful. Don't knowingly lie about anyone or anything.
Be Nice. No racism, sexism or any sort of -ism that is degrading to another person.
Be Proactive. Use the 'Report' link on each comment to let us know of abusive posts.
Share with Us. We'd love to hear eyewitness accounts, the history behind an article.